Covid-19 : le CHU de Grenoble appelle à la responsabilité individuelle

Hôpital

Le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble Alpes (CHUGA) a tenu à faire un point concernant l’épidémie de Covid-19 qui touche la région. L’hôpital ne s’attendait pas à une telle reprise de l’épidémie. Un rebond était envisagé suite aux touristes venus pendant l’été et le retour de vacances des étudiants. Mais les chiffres ne cessent d’augmenter et dépassent le léger pic attendu. L’Isère est passée en zone rouge, avec 90 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants.

Limiter les risques au maximum

Le docteur Patricia Pavese, chef du service des maladies infectieuses au CHUGA, en appelle à la responsabilité individuelle. Elle insiste notamment sur l’extrême importance du respect des gestes barrières : port du masque, lavage des mains, distanciation sociale. Avec le retour au travail suite au déconfinement, pour chaque métier, il s’agit aussi de prendre en compte sa spécificité.

Dans ce contexte, certaines professions sont plus touchées que d’autres par les risques de transmissions. Une aide à domicile à Grenoble, ou de ménage, est indispensable pour certaines familles mais il est impératif de faire attention aux règles sanitaires limitant la propagation du Covid-19. Depuis le mercredi 8 avril 2020, des masques de protection sont proposés gratuitement dans les pharmacies, pour les salariés employés directement par des particuliers pour des actes essentiels de la vie. Il est aussi fortement conseillé aux aides à domicile de changer de vêtements avant et après chaque session de travail et de désinfecter plusieurs fois par jour tout objet nécessaire à l’exécution de leurs tâches.

Idem pour les salariés en open-space, dont le port du masque et le respect de la distanciation est obligatoire. Seuls ceux qui possèdent un bureau individuel sont exemptés. L’entreprise doit aussi instaurer des sens de circulation, limiter le nombre de personnes dans les ascenseurs, installer des cloisons en plexiglas, et veiller à l’entretien du système de ventilation. Elle peut aussi être emmené à renforcer la fréquence des désinfections.

Une meilleure prise en charge

Tout n’est pas négatif pour autant, tient à préciser Monique Sorrentino, la directrice du CHUGA. La durée d’hospitalisation des patients atteints du coronavirus est beaucoup plus courte que lors du premier pic épidémique. Tous les acteurs de la santé, public et privé, s’organisent beaucoup mieux et participent à une nette amélioration de la prise en charge des patients.

Les opérations qui ne sont pas liées au Covid n’ont pas été annulées, et Marie-Thérèse Leccia, présidente de la Commission médicale d’établissement (CME) encourage les patients à venir à leur rendez-vous. La plupart d’entre eux n’ose plus venir, par peur de croiser des patients contaminés par le Covid-19. Pourtant, selon la professeure, il y a davantage de risque à aller au restaurant qu’à venir à l’hôpital, le protocole étant particulièrement strict.

Pour le moment, 56 patients sont hospitalisés au CHUGA, dont 14 en réanimation et 3 en soins intensifs.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*